Clinique dentaire à Anjou - Dr Geneviève Rompré, Dentiste

8430 boul. Métropolitain est, Anjou, (Qc) H1K 1A3

514 352-0160

Pourquoi aller chez le dentiste? Raison #1 : Détecter les caries dentaires

Présentation de la carie dentaire

La carie dentaire est l’une des (sinon la) pathologies les plus fréquentes chez les êtres humains du monde entier. Rares sont les personnes qui réussissent à traverser toute leur vie sans, qu’à un moment ou un autre, l’une de ces petites taches noires qui caractérisent la carie vienne ternir leur sourire.

La carie est une infection locale qui affecte de façon plus ou moins invasive celui qui en est atteint. C’est-à-dire que si elle ne semble pas se transmettre d’un sujet à un autre, il peut être possible qu’elle voyage d’une dent à l’autre.

Carie dentaire

Les causes de la carie sont multiples et particulières à chaque personne. Elle est difficile à prévenir et est, à ce jour, incurable. Il est cependant possible de ralentir ou de stopper sa progression grâce à des interventions de dentisterie déterminées. Le but est d’éviter des complications plus graves qui peuvent aller jusqu’à affecter tout l’organisme dans les cas extrêmes.

« Alors, si je n’ai pas de caries, pourquoi devrais-je aller chez le dentiste? » Excellente question, valable et honnête, mais qui trouve sa réponse dans une autre question : êtes-vous bien certain de n’avoir aucune carie? Parce qu’il faut savoir que toutes les caries ne sont pas visibles à l’œil nu ni par un auto-examen buccal lorsqu’elles en sont à leur premier stade. De plus, en les interceptant le plus tôt possible, avant même d’avoir conscience de leur présence, on peut s’éviter des complications, des douleurs et des frais subséquents considérables. Pour mieux comprendre ces affirmations, lisez ce qui suit.

 

Symptômes et évolution de la carie

Si une carie dentaire n’est jamais asymptomatique, ses premiers symptômes, qui se présentent sous forme de taches et de décoloration sur les dents, peuvent toutefois être indolores. Ces taches sont parfois brunâtres et facilement identifiables. Elles peuvent aussi souvent être plutôt blanchâtres et plus difficiles à discerner à l’œil nu. Ainsi, il n’est pas toujours évident de reconnaître par soi-même la présence d’une carie, d’autant plus qu’à ce stade elle est tout à fait indolore.

La douleur n’arrive qu’au second stade de la carie, lorsque celle-ci touche la pulpe de la dent. Déjà, elle est assez avancée pour requérir des traitements plus complexes qu’une simple obturation (ou « plombage » en bon québécois). Un certain goût étrange dans la bouche pourra aussi se faire ressentir à partir de ce moment et tout au long de son évolution subséquente.

À chaque stade de l’évolution de la carie, des traitements de plus en plus avancés seront requis pour empêcher la prolifération des bactéries et pour réparer les dommages. Ultimement, si elle n’est jamais traitée (malgré la douleur importante qu’elle causera), la carie peut même parvenir à engendrer une septicémie, ou un empoisonnement du sang, condition médicale sérieuse entraînant des risques pour la santé et requérant la prise d’antibiotiques.

L’article de Wikipédia sur la carie pourra vous donner plus d’information sur ce sujet.

 

Mécanismes de la carie dentaire

La bouche n’est pas le milieu aseptisé qu’on pourrait s’imaginer (ou même souhaiter). En effet, il y vit de nombreux microorganismes qui interagissent en union étroite et en équilibre. Leur rôle est de procéder à une première étape de digestion des aliments au moment de la mastication. Par exemple, on sait bien que la salive s’occupe de la digestion des sucres tandis que certaines autres bactéries s’occupent de générer des acides supplémentaires.

Toutes ces bactéries et enzymes ont tendance à s’agglutiner entre elles et, en se mélangeant aussi avec un peu de tout ce qui passe par notre bouche, forment la plaque ce mince film presque invisible qui recouvre nos dents et s’y accumule entre les brossages.

Lorsqu’un déséquilibre se produit dans notre corps ou dans l’environnement chimique de notre bouche, cela peut provoquer une prolifération accélérée de certaines des bactéries qui vivent dans la plaque. Lorsqu’elles seront présentes en trop grand nombre, elles généreront un surplus d’acide, lequel attaquera l’émail de la dent. Si l’émail en vient à percer, la pulpe tendre à l’intérieur de la dent sera exposée et la douleur ainsi que l’inflammation commenceront à s’installer.

 

Causes de la carie dentaire

Puisqu’elles sont causées par le déséquilibre de cet « écosystème » sensible qu’est notre bouche, les causes externes de la carie dentaire peuvent être multiples. Elles varieront d’un individu à l’autre. Ceci rend donc difficile, voire impossible, d’émettre des recommandations générales pouvant s’appliquer à tous les individus de façon globale pour la prévenir. Aussi, puisque les bactéries qui causent la carie dentaire ont aussi des effets bénéfiques et leur rôle à jouer, on ne peut pas simplement envisager de toutes les enrayer.

Bien que les facteurs influençant ces mécanismes ne soient tous pas connus, quelques-uns, parmi ceux qui prédisposent (ou augmentent) les risques de caries, ont été identifiés. Notons :

  • le fait d’avoir une salive trop acide;
  • une trop faible sécrétion salivaire (certains médicaments peuvent parfois en être la cause);
  • certains types de régimes ou autres facteurs alimentaires;
  • des faiblesses au niveau du système immunitaire;
  • des prédispositions génétiques;
  • le stress;
  • le diabète;
  • autres facteurs médicaux et psychosociaux.

La croyance largement répandue que la trop grande consommation de sucres (raffinés ou non) peut entraîner des caries est aujourd’hui contestée par certains chercheurs. On peut tout de même affirmer sans craindre de se tromper que, si elle n’est certainement pas la seule cause pouvant expliquer les caries, elle peut néanmoins constituer chez certaines personnes un facteur aggravant considérable.

 

Prévention et détection de la carie

Évidemment, pour toutes les raisons mentionnées, il est impossible de donner des conseils qui peuvent vous tenir parfaitement à l’abri des caries dentaires. Par contre, quelques recommandations générales pourront aider à mettre toutes les chances de votre côté pour diminuer leur nombre et en ralentir la progression, le cas échéant.

Bien que la logique nous suggère qu’augmenter notre résistance naturelle aux caries soit la meilleure possibilité pour s’aider à s’en prémunir, on connait encore trop mal comment on pourrait y parvenir spécifiquement pour pouvoir donner des conseils pratiques sur cette question. Par contre, puisque toutes les bactéries qui causent les caries se trouvent dans la plaque, c’est en éliminant celle-ci et en la contrôlant le mieux possible qu’on pourra le plus protéger ses dents.

C’est pourquoi on ne cesse de nous répéter qu’un brossage des dents régulier et adéquat pourra aider à diminuer les risques de caries et autres problèmes dentaires. Il est généralement recommandé de les brosser de deux à trois fois par jour (soit matin et soir, plus le midi, ou après chaque repas), pendant une à trois minutes, de l’intérieur vers l’extérieur, et verticalement. De plus, passer la soie dentaire entre les dents pourra aider à enlever la plaque qui n’aura pas pu être enlevée par le brossage seul.

Évidemment, diminuer les facteurs de risque qui s’appliquent à votre situation ne pourra pas non plus faire de tort, surtout si vous avez certaines propensions identifiables aux caries.

Le fluor a également, depuis longtemps, prouvé être une aide puissante pour limiter la progression de cette affection. Malgré les controverses récentes à son sujet quant à de son innocuité pour la santé, il est toujours officiellement recommandé d’utiliser un dentifrice qui en contient.

Dans la majorité des cas où l’insuffisance salivaire peut s’avérer être une cause de caries, les rince-bouches contenant de l’alcool sont à proscrire à cause de l’effet asséchant de ce dernier.

Enfin, des visites fréquentes chez votre dentiste demeurent le meilleur moyen de détecter le plus précocement possible leur apparition, pour éviter leur progression et pour les traiter de la façon la plus efficace et simple possible. On recommande en général une visite chaque semestre (aux six mois, donc deux fois par année). Votre dentiste pourra vous recommander d’allonger l’intervalle entre les visites si vous n’êtes pas trop sujet aux caries ou à d’autres problèmes buccodentaires – ou alors, bien évidemment, à le réduire dans le cas contraire.

 

Conclusion : le dentiste, un allié de choix contre les caries dentaires

En plus de vous aider à détecter les dommages faits par des caries que vous pourriez avoir, sans même le soupçonner, votre dentiste pourra les réparer et vous donner des conseils s’appliquant précisément à votre propre cas. Il pourra vous proposer des stratégies à utiliser pour prévenir l’apparition de nouvelles caries. Il pourra, par exemple, procéder à certains tests plus poussés ou encore prendre le temps de réviser avec vous certaines de vos habitudes de vie et d’y identifier les facteurs de risque. Ainsi, si la santé de vos dents vous tient à cœur, une visite à votre clinique dentaire peut vous aider à préserver votre bouche contre cet envahisseur insidieux qu’est la carie dentaire.