Publications

Conseils Santé de votre centre dentaire à Anjou

By décembre 15, 2014 août 7th, 2019 No Comments

Pour votre santé et celle de vos proches

Toujours au service de votre santé dentaire, nous avons tenu à vous prodiguer les conseils suivants pour que vous et vos proches jouissiez d’une bonne santé dentaire. En effet, comme vous, nous sommes intimement convaincus du lien étroit qui existe entre la santé dentaire et l’état de santé général ainsi que le bien-être.

À titre de rappel, l’apport en substances nutritives dont nous avons besoin pour être en bonne santé est grandement conditionné par notre capacité de mâcher et d’avaler les aliments que nous consommons. De plus, n’oublions pas que si nous avons des problèmes ou des maladies dentaires, les traitements impliquent généralement d’importantes dépenses, mais aussi un certain taux d’absentéisme du travail.

Par ailleurs, n’est-il pas juste d’affirmer qu’une dentition en bonne santé et bien formée nous donne confiance en nous et nous évite d’avoir un quelconque complexe à propos notamment de notre diction, de la couleur de nos dents ou encore de notre haleine?

Avoir des dents et des gencives belles et en bonne santé se mérite

Bien sûr, il y a les règles de la bonne hygiène buccodentaire dont il faut absolument se souvenir et qu’il faut impérativement respecter. Mais il existe également d’autres astuces, tout aussi peu onéreuses, que nous pouvons utiliser pour avoir des dents et des gencives qui sont à la fois belles et en bonne santé.

Certains aliments « ont la cote » auprès des dents et de la gencive. C’est le cas notamment de ceux qui favorisent le nettoyage des dents. Parmi des derniers, mentionnons les aliments fermes et croquants comme la pomme ou la carotte crue.

Par ailleurs, pour compléter votre hygiène dentaire, vous pouvez utiliser du vinaigre de cidre en gargarisme chaque matin avant de vous brosser les dents. Celui-ci favorise l’élimination des taches, l’éclaircissement des dents ainsi que l’élimination des bactéries qui se trouvent dans votre cavité buccale et sur vos gencives.
Manger un yogourt maigre tous les jours permet aux dents d’être solides et de rester en bonne santé grâce au calcium que celui-ci leur aura apporté.

Toujours pour préserver vos dents, éviter toute action qui peut favoriser la formation de minuscules fractures ou brèches sur leur émail, car ces petites détériorations peuvent s’étendre au point de se transformer en d’importantes fêlures.

Préférez ainsi boire dans une tasse ou un verre au lieu de boire à même la bouteille ou encore sucer certains aliments très durs au lieu de les croquer.

Malgré tout, certains problèmes peuvent toucher votre dentition ou votre gencive et nous ne sommes pas sans savoir à quel point les soins peuvent être dispendieux. Ainsi, disposer d’une bonne assurance, couvrant les frais des soins dentaires à une hauteur déterminée, est loin d’être une futilité.

Choisir une bonne assurance dentaire

Plusieurs critères doivent être pris en considération quand vient le temps de faire le choix d’une bonne assurance dentaire. Il est important, en premier lieu, de déterminer vos besoins en soins dentaires, ceux-ci variant d’un individu à un autre selon sa situation :

  • âge,
  • problèmes dentaires,
  • profession,
  • condition physique,
  • etc.

Votre dentiste peut évaluer ces besoins et déterminer les soins nécessaires, mais il convient également d’avoir recours aux services d’un expert en assurances. Celui-ci pourra procéder à l’évaluation de vos besoins selon votre situation et celle de votre famille.

Il faut, par la suite, établir les soins qui sont pris en charge par les différents contrats d’assurance parmi lesquels vous vous apprêtez à faire un choix. Également, il vous faut vous enquérir des modalités de chacun de ces contrats et de toutes les clauses qu’ils comportent. S’agit-il d’un contrat où vous aurez à payer une quote-part? Quelle sera la hauteur de cette contribution relativement aux procédures de base et aux procédures majeures?

Parmi les questions que vous devez vous poser, il vous faut également savoir s’il y a un nombre de rendez-vous chez le dentiste à ne pas dépasser pour une année et si le contrat d’assurance comporte un plafond financier annuel ou une franchise annuelle. Par ailleurs, il convient aussi de tenir compte de votre pouvoir d’achat ainsi que de votre lieu de résidence.

 

Ce que contient votre dentifrice

Comme la brosse à dents et le fil dentaire, le dentifrice constitue un outil essentiel pour une bonne hygiène buccodentaire. Il se décline sous trois formes :

  • le gel,
  • la pâte et
  • la combinaison de ces deux premières formes.

Le dentifrice a pour rôle d’éliminer la plaque dentaire ainsi que les taches superficielles et les débris d’aliments qui se trouvent sur les dents, la gencive et la langue. Il est à noter qu’un dentifrice qui nettoie, blanchit et fait briller les dents est considéré comme un cosmétique par Santé Canada. Ce ministère fédéral considère également le dentifrice contenant un ingrédient qui aide à la prévention de la carie comme un médicament.

Concernant la composition du dentifrice commercial, on peut trouver les informations suivantes sur le site de l’ordre des hygiénistes dentaires du Québec :

  • Agents de nettoyage et de polissage : 20 à 40 % (ex. : pyrophosphate de calcium, silice, etc.)
  • Humectants : 20 à 40 % (ex. : glycérol, sorbitol, etc.)
  • Eau : 20 à 40 %
  • Agents de conservation, édulcorant (agent sucrant non cariogène) et colorant (végétal) : 2 à 3 %
  • Agents liants : 1 à 2 % (ex. : cellulose, gomme naturelle, etc.)
  • Détergent (agent moussant) : 1 à 2 % (ex. : laurysulfate de sodium, etc.)
  • Arôme : 1 à 1,5 % (ex. : menthe, cannelle, etc.)
  • Agent thérapeutique : 1 à 2 %

Les agents de nettoyage et de polissage permettent la suppression de la plaque dentaire tandis que les agents humectant permettent la conservation du dentifrice en tube et facilitent son utilisation tout comme les agents épaississants qui lui confèrent sa consistance pâteuse.

Tels des antibactériens, les agents de conservation permettent de prévenir d’éventuelles caries qui pourraient être dues à des bactéries. Les agents thérapeutiques peuvent également jouer un rôle dans la prévention de la carie. C’est le cas notamment du fluorure de sodium et du monofluorophosphate de sodium.

Quant aux colorants, ils ne constituent aucunement un principe actif. Ils contribuent seulement à l’aspect extérieur du dentifrice.

Si l’arôme confère un goût au dentifrice, le détergent permet d’obtenir l’effet moussant du celui-ci, d’où un meilleur nettoyage des dents et de la cavité buccale.

Hygiène buccodentaire : bien choisir et utiliser son dentifrice

Si le dentifrice et la brosse à dents constituent une paire d’outils efficaces quant à l’hygiène buccodentaire, il n’est pas question de faire d’excès. Ainsi, lorsque vous vous brossez les dents, il n’est pas conseillé de forcer sur le dentifrice.

La quantité de dentifrice à utiliser, pour les adolescents et les adultes, pourrait notamment être comparée à la largeur de la brosse à dents et non à la longueur de celle-ci. Voici, quelques informations sur la quantité et le type de dentifrice que vous pourriez utiliser pour chaque brossage:

  • chez le bébé, dès les premiers signes de l’apparition de sa première dent, vous pouvez utiliser un dentifrice à saveur pour son hygiène buccodentaire, à raison de deux fois par jour. Il est à noter que la quantité à utiliser ne doit pas dépasser la grosseur d’un grain de riz,
  • à partir de 3 ans, la quantité de dentifrice à utiliser est de la taille d’un petit pois,
  • et comme nous l’avons noté plus haut, pour les adolescents et les adultes, la quantité peut s’apparenter à la largeur de la brosse à dents, soit environ 1 cm ou un peu moins

Au cas où vous avez plusieurs troubles dentaires, vous pouvez utiliser plusieurs types de dentifrice en alternance. Néanmoins, le mieux est toujours de demander l’avis de votre hygiéniste dentaire, car il a la formation, les connaissances, les compétences et l’expertise nécessaires pour vous conseiller.

S’il s’agit d’un dentifrice contre les caries, il est toujours préférable de vous adresser à votre dentiste. En effet, ce type de dentifrice est renforcé en fluor et la quantité varie selon l’âge de l’utilisateur. Par ailleurs, grâce à sa formation, ses compétences et son expertise, il est en mesure de déterminer si vous en avez réellement besoin. Il lui suffit d’examiner la forme de vos dents et la qualité de votre émail ainsi que de s’enquérir de vos habitudes quant à votre alimentation et votre hygiène buccodentaire.

À titre d’information, un dentifrice destiné aux enfants de moins de 6 ans doit contenir moins de 600 ppm de fluor. Pour les enfants de 6 à 12, la dose de fluor recommandée est de 1 000 ppm tandis qu’elle est entre 1 200 et 1 500 ppm pour les adultes.

Maux de tête et dentisterie neuromusculaire

Le saviez-vous? Un problème lié à la cavité buccodentaire peut affecter d’autres parties du corps humain. Cela peut paraitre irréel pour certains et pourtant, il s’agit d’un problème qui est plus fréquent que vous le pensez.

C’est le cas notamment du trouble de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) qui peut induire des problèmes de santé comme :

  • des maux de tête fréquents,
  • des douleurs au visage, au cou et/ou aux épaules ou encore,
  • des problèmes de la mâchoire ou des oreilles.

Situées juste devant chaque oreille, les ATM sont donc deux articulations situées entre la mâchoire et la cavité temporale, unissant ainsi la mâchoire inférieure à l’os du crâne. En cas de trouble de l’ATM, on note une tension dans les muscles qui permettent de mastiquer, d’avaler, de parler et de bâiller.

Un trouble de l’ATM peut, par ailleurs, affecter d’autres parties du corps comme :

  • la tête,
  • les bras,
  • les épaules ou encore,
  • le cou.

Celui-ci peut avoir plusieurs causes, dont :

  • un problème d’alignement des dents,
  • une malocclusion (les dents supérieures et les dents inférieures ne s’emboîtent pas correctement),
  • un traumatisme au visage ou à la mâchoire,
  • un problème de bruxisme dont les facteurs aggravants sont le stress, le tabac, l’alcool et la caféine
  • certaines habitudes comme :
    • mordiller des crayons,
    • se ronger les ongles ou
    • respirer par la bouche.
  • Certaines maladies peuvent entrainer la dégénérescence de l’articulation des mâchoires et des structures qui se trouvent à proximité de celles-ci.

En outre, un mauvais fonctionnement de l’articulation des mâchoires peut faire suite à :

  • un problème de gencives,
  • une dentition ou une prothèse dentaire
    • usée ou dont il manque des dents ou encore
    • mal ajusté

La dentisterie neuromusculaire vise à relâcher les muscles pour réduire et supprimer les principaux symptômes qui touchent les personnes souffrant d’un trouble de l’ATM comme :

  • les maux de tête,
  • les douleurs à la mâchoire lors
    • de la mastication et
    • du bâillement ou
  • le vertige.

Mauvaise haleine – causes et astuces

La mauvaise haleine suggère que des bactéries ont entrainé la décomposition de protéines contenues dans les débris d’aliments. La mixtion des composés rend l’haleine malodorante. Ces bactéries peuvent attaquer l’émail dentaire et être à l’origine de caries.

D’autres facteurs sont également en cause comme :

  • respirer par la bouche,
  • la consommation de certains aliments dont :
    • la viande,
    • le sucre,
    • les plats très gras ou très épicés,
    • les produits laitiers,
  • l’utilisation de tabac.

D’autres mauvaises habitudes induisent une mauvaise haleine comme :

  • une mauvaise hygiène :
    • des prothèses dentaires ou
    • de la langue.

Par ailleurs, certaines maladies peuvent provoquer une halitose comme :

  • certaines infections des gencives,
  • les caries,
  • la xérostomie (sécheresse de la muqueuse buccale par manque de salive)

Sans oublier un grand nombre de maladies plus graves comme :

  • le diabète,
  • les troubles gastro-intestinaux…

Si vos sinus sont infectés ou si vous souffrez d’un rhume ou d’allergies, vous pouvez avoir mauvaise haleine, car les protéines qui sont dans le mucus et le flegme, lesquels sont produits en plus grande quantité, ont tendance à attirer les bactéries malodorantes.

La première chose à faire si vous sentez que vous avez mauvaise haleine, c’est d’améliorer l’hygiène de votre bouche. Ceci passe inexorablement par un brossage régulier de vos dents, associé à l’utilisation du fil dentaire, mais aussi du gratte-langue pour lutter contre les bactéries nocives qui peuvent se trouver dans votre cavité buccale.

Il faut également noter que la brosse à dents doit être renouvelée régulièrement, tous les deux ou trois mois tout au plus pour éviter que les micro-organismes qui s’y sont installés infectent votre bouche. Par ailleurs, un nettoyage régulier des dents chez le dentiste est indiqué, tout comme un bilan dentaire tous les six mois, intervalle qui peut être allongé ou raccourci par votre dentiste selon votre cas.

Pour éviter les urgences dentaires

S’il est tant recommandé de ne pas prendre les visites de contrôle chez le dentiste ainsi que les visites pour les soins dentaires à la légère, c’est parce que ceux-ci nous évitent des problèmes de santé buccodentaire qui peuvent s’aggraver au fil du temps.

Les structures de l’organe dentaire peuvent devenir des foyers infectieux, dont les conséquences sur la santé en général peuvent être désastreuses. Cette infection peut notamment être due à la carie ainsi qu’à des parodontopathies ou atteinte des éléments qui soutiennent la dent.

La carie dentaire

La carie dentaire est causée par une prolifération microbienne que le tartre favorise. Cela doit déjà nous faire ouvrir les yeux sur l’importance de bénéficier d’un détartrage chez le dentiste. Ce dernier sera en mesure de vous dire dans combien de temps il vous recommande de revenir.

Si, à la phase initiale, la carie dentaire n’est pas encore douloureuse, elle le devient rapidement dès que la dentine est touchée, puis la chambre pulpaire. Si le problème n’est pas traité, on peut noter une évolution spontanée vers :

  • l’abcès osseux ou encore l’abcès des structures molles adjacentes,
  • un foyer infectieux latent qui se situe aux racines,
  • des douleurs dentaires,
  • la septicémie (infection générale).

Les parodontopathies

Quant aux parodontopathies, elles peuvent avoir une origine infectieuse ou peuvent faire suite à des affections ou des déséquilibres organiques comme, entre autres, des maladies du sang ou le diabète. Dans ce cas, le traitement ou la guérison du facteur déclenchant n’exclut pas la nécessité de traiter à proprement parler la parodontopathie.

Il n’est donc pas conseillé de vous tourner vers l’automédication. Effectivement, en l’absence d’un traitement efficace et adapté à votre cas, une infection peut avoir des conséquences redoutables sur votre santé.

Des conséquences redoutables

Parmi les conséquences d’une infection, on peut notamment citer :

  • la gingivite, laquelle est l’inflammation aigüe de la gencive,
  • la desmodontite, inflammation du ligament alvéolo-dentaire ou
  • la cellulite, infection des tissus qui jouxtent les organes dentaires.

En cas de cellulite qui fait suite à un problème relié aux dents dans la mâchoire inférieure, on peut noter un gonflement de la joue, du plancher buccal ou encore du cou. Il est possible que ce gonflement s’accompagne de trismus (la bouche ne peut s’ouvrir normalement).

Lorsqu’elle est reliée aux dents de la mâchoire supérieure, une cellulite peut se manifester par le gonflement de la joue, des paupières et du palais. Il est à noter qu’une douleur dentaire et/ou un gonflement douloureux des tissus adjacents constituent un motif de consultation médicale en urgence. Par ailleurs, l’évolution d’un tel tableau clinique, avec une atteinte de l’œil ou de la respiration, peut engager le pronostic vital.

Toutefois, il s’agit là de problèmes que vous pouvez aisément éviter en consultant votre dentiste de façon régulière. Si vous avez à cœur votre santé buccodentaire, faites confiance à votre spécialiste de la clinique dentaire à Anjou.