Soins dentaires

Mal de dents : pour quelles raisons souffrons-nous de douleurs dentaires ?

By août 18, 2014 août 7th, 2019 No Comments

Il existe des douleurs qui surviennent lors d’un évènement particulier ou lors de nos activités quotidiennes à la maison ou encore au travail, qu’on peut ignorer en faisant comme si de rien n’était. Ce n’est pas le cas des douleurs dentaires.

Elles minent complètement la vie et on a souvent tendance à les calmer avec des antidouleurs. Il s’agit d’une solution provisoire qui peut laisser penser à certains qu’il n’est pas nécessaire de consulter. N’oublions toutefois pas que les douleurs dentaires signifient généralement qu’une pathologie est déjà installée.

Mal de dents : quand les douleurs dentaires proviennent de la carie

Principale cause de perte de dents chez les jeunes, la carie est la plus commune parmi les maladies chroniques. Elle affecte autant les dents de lait que les dents définitives. Cette maladie infectieuse se caractérise par la lésion de l’émail dentaire, de la dentine et/ou du cément dentaire.

À titre de rappel, l’émail dentaire est la partie externe de la dent. Recouvrant la dentine, il s’agit de la substance la plus dure et la plus minéralisée de l’organisme. En outre, il s’agit d’un des principaux tissus constituant la dent avec la dentine, le cément dentaire et la pulpe dentaire.

La dentine constitue la masse principale de la couronne et de la racine. Elle est recouverte par l’émail au niveau de la couronne et du cément au niveau de la racine.

Le cément dentaire, couche de cellules formant un tissu calcifié fin et dur, permet à la dent, par le biais de la racine, d’adhérer à l’os de la mâchoire dans laquelle elle est implantée.

On peut distinguer quatre stades d’évolution de la carie. Tant qu’elle creuse au niveau de l’émail et détruit celui-ci, la carie n’occasionne pas encore de douleur à la dent, car l’émail est dépourvu de nerfs.

Par contre, en cas d’atteinte de la dentine, moins dure que l’émail, celle-ci va laisser la maladie s’étendre. C’est à ce stade qu’on note la sensibilité de la dent au chaud, au froid, aux aliments sucrés et acides ainsi qu’aux chocs, ces éléments pouvant provoquer de la douleur.

Par la suite, la carie progresse et s’approche de la pulpe, d’où l’apparition progressive de la douleur. C’est lors de l’atteinte de la pulpe qu’on observe ce qu’on désigne communément par « rage de dents ». Le sujet ressent alors de violentes douleurs spontanées et pulsatiles.

Ce stade de progression de la carie dentaire est aussi appelé « pulpite », dans la mesure où la pulpe de la dent subit une inflammation. L’intensité de la douleur va dépendre du degré de cette inflammation. En outre, selon le niveau de l’atteinte, la pulpite peut être irréversible ou non.

En l’absence d’un traitement de dévitalisation, on observe la progression de la prolifération bactérienne vers les tissus environnant la dent tels l’os, la gencive et les ligaments. La nécrose ou abcès dentaire s’installe ainsi progressivement et peut être à l’origine d’un foyer infectieux qui, à son tour, peut affecter d’autres parties du corps comme le cœur, les reins ou encore les articulations par le biais de la migration des microbes par voie sanguine.

Mal de dents : faut-il attendre d’avoir des douleurs dentaires pour consulter?

Comme il a déjà été dit auparavant, les douleurs dentaires signifient que la pathologie est déjà bel et bien installée. Seules des visites régulières chez le dentiste permettent de déceler la carie de manière précoce.

Ne vous y trompez pas ! En l’absence d’un traitement, il n’y a pas de guérison spontanée ni d’arrêt de la progression de la carie. Ainsi, il peut arriver que la dent soit tellement détruite qu’il n’y a plus d’autre solution que l’extraction.

Pour ne pas en arriver là, il est préférable de ne pas négliger la visite annuelle chez le dentiste. Il est aussi possible que des consultations plus fréquentes soient nécessaires selon votre état de santé bucco-dentaire.

Ainsi, si vous ressentez des douleurs dentaires, aussi minimes soient-elles, prenez rapidement rendez-vous auprès de votre dentiste. En cas de carie, il faut comprendre qu’il n’y a aucune régénération des structures dentaires qui ont été détruites.

Si la carie ne s’est pas encore étendue profondément, le dentiste va procéder au nettoyage de la cavité ainsi qu’à des soins protecteurs avant de reconstituer la forme de la dent avec un amalgame ou un ciment composite. Le but de cette action est de préserver la pulpe et de ne pas devoir dévitaliser la dent.

Néanmoins, la dévitalisation est nécessaire quand la carie a déjà attaqué la pulpe. Dans ce cas, il est nécessaire d’éliminer le tissu pulpaire et de procéder à une désinfection avant d’obturer les canaux des racines et de reconstruire la forme de la dent.

Douleurs dentaires et mal de dents : et s’il s’agissait de vos gencives?

Des problèmes de gencive peuvent entrainer des douleurs que l’on peut confondre avec celles d’une rage de dents. C’est le cas notamment d’un tassement alimentaire qui peut entrainer une inflammation et des douleurs de la gencive au niveau du septum (cloison qui sépare deux cavités d’un organe).

Cette situation, aussi appelée bourrage alimentaire, peut avoir plusieurs causes parmi lesquelles :

  • des dents mal positionnées,
  • des prothèses mal adaptées et
  • une obturation qui déborde.

De plus, le tassement alimentaire peut faire suite à un problème touchant le point de contact entre deux dents ou encore provoquer une carie proximale.

Outre le tassement alimentaire, une gingivite peut aussi entrainer des douleurs qui peuvent faire penser à un mal de dents au fil de son évolution, car elle n’est pas douloureuse à ses débuts. L’accumulation de plaque dentaire se minéralise inévitablement en tartre. La gingivite est caractérisée par :

  • une rougeur de la gencive,
  • un gonflement et
  • son saignement pendant le brossage.

En l’absence de soins adéquats, la gingivite peut être la source d’un déchaussement. Les zones mises à nu deviennent aussi exposées à une agression par le tartre et les microbes. De plus, la gingivite peut évoluer vers une parodontite (inflammation des tissus qui entourent et qui soutiennent les dents) qui peut, au fil du temps, faire en sorte que la dent bouge.

Par ailleurs, en cas de prolifération bactérienne entrainant une perte osseuse, l’abcès parodontal ainsi causé peut donner suite à de fortes douleurs, une inflammation puissante et une probable production de pus.

La présence d’aphtes (petite lésion ou ulcération bénigne superficielle de quelques millimètres sur les muqueuses) sur la gencive peut également occasionner des douleurs pouvant être assimilées à des douleurs dentaires.

D’autres causes possibles d’un mal de dents ou des douleurs dentaires

Les problèmes de carie sont souvent à l’origine des douleurs dentaires que nous ressentons. Mais il est également possible que ces douleurs aient d’autres provenances comme l’usure du cément lors de laquelle le sujet peut avoir des douleurs dentaires et une sensibilité au froid et au chaud comme s’il avait une dent cariée. Cela peut également être le cas en présence d’une dent ayant subi une nette fracture ou même d’invisibles fêlures.

Par ailleurs, les dents de sagesse qui « sortent », surtout quand elles sont mal positionnées ou ne bénéficient pas d’assez de place, peuvent provoquer de fortes douleurs à l’individu et même occasionner une inflammation locale.

N’oublions pas également que les poussées dentaires des tout-petits, âgés d’environ 6 à 12 mois, leur occasionnent généralement des douleurs dentaires qui peuvent être accompagnées d’un peu de fièvre, de rougeurs aux fesses et même parfois de diarrhée.

Beaucoup d’autres problèmes peuvent être à l’origine de situations qui nous font penser à un mal de dents. C’est le cas notamment des douleurs musculaires provoquées par le trouble de bruxisme, grincement ou serrement excessifs des dents ayant surtout lieu la nuit. Ce problème peut entrainer des douleurs musculaires ou des douleurs aux ménisques de l’articulation de la mâchoire pouvant ensuite irradier vers d’autres parties du visage.

D’autre part, la sensation d’avoir mal aux dents peut provenir d’autres pathologies faciales ou encore des inflammations ou infections des structures environnant les mâchoires. C’est le cas notamment d’une sinusite maxillaire lors de laquelle le sujet peut avoir sourdement mal aux molaires, avec une douleur constante et qui peut se déplacer en cas de mouvement de la tête.

Également, de « fausses » douleurs dentaires, brèves, répétées et de forte intensité, peuvent accabler le sujet en cas de névralgie du trijumeau, étant donné que les branches du nerf trijumeau sont responsables de l’innervation des dents.

Consulter rapidement en cas de mal de dent ou de douleurs dentaires

En cas de mal de dent et de douleurs dentaires, la meilleure solution est toujours de consulter rapidement le dentiste. S’il s’agit de bébé qui fait ses dents, les parents peuvent généralement administrer des médicaments à leurs enfants pour soulager leurs maux.

Sachant les signes qui ne doivent pas être ignorés, il faut consulter très rapidement :

  • si la douleur est soudaine et extrêmement violente,
  • si elle est associée à de la fièvre ou
  • si elle est à un tel point que le sujet n’arrive pas à dormir.

En outre, en cas de douleur irradiant dans l’ensemble de la mâchoire et surtout, si elle est associée à une douleur thoracique, il faut consulter en urgence, car il peut s’agir d’un symptôme d’infarctus. Il ne faut pas oublier que prendre des médicaments pour soulager les douleurs dentaires ne doit être que provisoire et qu’il est important de consulter. En effet, seul le dentiste est apte à traiter vos problèmes et vos douleurs dentaires, sans quoi le mal de dents reviendra probablement.